In the formal social occasions, replica rolex watches are often treated as jewelry, usually only for a ring jewelry to wear men, is very popular. Some people even stressed: "rolex replica watches are not only men's jewelry, but also the most important men's jewelry." In western countries, replica watches, pens, lighters adult man was replica watches uk once known as the "three treasures", every man must never be away from the body.
La Zone de Boxe

  [ Se connecter à La Zone de Boxe ]

Plus récents commentaires sur twitter

    Gardez le contact avec La Zone de Boxe grâce à Twitter




    magazinecoverlazonedeboxe38_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe37_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe36_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe35_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe34_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe33_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe32_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe31_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe30_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe29_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe28_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe27_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe26_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe25_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe24_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe23_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe22_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe21_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe20_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe19_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe18_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe17_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe16_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe15_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe14_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe13_130.jpg
    Dawson n'a pas respecté Stevenson
    6/10/2013 4:17:32 PM

    "Who are you man? I had to google your name". Nous avons tous entendu, dans les semaines qui ont mené à leur affrontement de samedi soir, les flèches lancées par Chad Dawson à l'endroit d'Adonis Stevenson, qui remettaient en question ses habiletés. Voulait-il simplement marquer des points sur le plan psychologique et ébranler la confiance de "Superman" ? Lui qui, on le sait, est en manque de popularité, tentait-il de capter l'attention du public afin de mieux promouvoir le combat ? Nous avons maintenant la réponse : en fait, Dawson pensait chacune de ses paroles, et n'a jamais accordé à Stevenson le respect qui lui était dû.

    Lorsque la cloche annonçant le début des hostilités a sonné samedi vers 23h15, "Bad Chad", malgré sa réputation de solide technicien et sa vaste expérience acquise contre nombre de boxeurs d'élite, a donné en quelques dizaines de secondes à peine tous les signes d'un combattant insouciant, n'ayant aucun respect pour la force de frappe de son rival et ignorant des particularités stratégiques d'un affrontement atypique entre deux gauchers. Il a jeté par la fenêtre les consignes que lui avait certainement prodiguées son entraîneur, Eddie Mustafa Muhammed, en choisissant de se déplacer systématiquement vers sa droite, c'est-à-dire dans la direction de la puissante gauche de Stevenson. Pis encore, il n'a même pas cherché à maintenir une certaine distance entre lui et son adversaire, et ne s'est pas soucié de toujours garder haute sa main droite pour se protéger.

    Après un peu plus d'une minute au premier round, l'ouverture qu'il a présentée à "Superman" était si béante que ce dernier n'a même pas eu besoin d'effectuer un pas vers l'avant pour l'atteindre, ou encore d'utiliser un "cross" pour maximiser sa portée : un pur crochet de la main arrière, le coude plié à 90 degrés, lui a suffi ! Dawson a fait preuve d'inconscience en se mettant lui-même à portée de Stevenson. Il s'est carrément jeté dans la gueule du loup.

    Faut-il en conclure que, parce qu'il faisait face à un adversaire qui le sous-estimait, Stevenson a joué de chance dans ce combat, ce qui lui enlèverait une partie de son mérite ? En dépit des erreurs commises par Dawson, la réponse à cette question doit être un "non" catégorique ! "Superman" a plutôt fait exactement ce qu'un boxeur de calibre mondial qui possède son style et ses qualités doit faire. Il s'est en effet préparé à la perfection, au cours d'un camp qui (comme l'a expliqué son entraîneur Javan "Sugar" Hill) était axé massivement sur le travail technique et le sparring. Un tel régime, très "old school" et conforme à la tradition du Kronk Gym, est idéal pour Adonis, qui possède à l'avance les attributs physiques pour s'imposer, mais qui doit mettre à point la base de sa boxe et son "timing" pour tirer un maximum de profit de son incroyable puissance, qui demeurera toujours sa meilleure arme. Puis, dans le ring, à la manière des grands cogneurs de l’histoire, il n'a laissé aucun droit à l'erreur à son adversaire, en sautant sur l'occasion dès qu'elle s'est offerte à lui, et en terrassant Dawson avec une vitesse et une précision saisissantes. Sa victoire est pleinement méritée.

    Le "message" est passé avec une clarté totale chez tous les aspirants, des super moyens aux mi-lourds : impossible de remettre en question, comme l'a fait "Bad Chad", la force de frappe de Stevenson, en faisant valoir qu'elle s'est surtout exercée contre des adversaires de deuxième ordre ; peu importe votre calibre, la moindre erreur contre lui vous sera probablement fatale !

    À quoi faut-il s’attendre maintenant ? Les prochains adversaires de "Superman", aussi aguerris soient-ils, feront assurément preuve d'une prudence extrême contre lui : ils prendront par exemple une fraction de seconde de plus avant de décocher leur jab, ou hésiteront à lancer des coups de puissance même lorsqu'ils croiront voir l'ouverture, de peur de trop se découvrir. C’est vrai même d’Andre Ward, qui éprouverait comme les autres les craintes ou même la peur qu'intiment les véritables "artistes du K.O.". En somme, "Superman" vient de neutraliser à l'avance une partie des habiletés de ses futurs adversaires, en créant chez eux le type d'appréhensions qu'avait su créer, par exemple, Mike Tyson à son époque. Ses défenses de titre pourraient s’en trouver facilitées.

    Par ailleurs, HBO fera sans doute de Stevenson l’une de ses têtes d’affiche et mettra sa puissante machine promotionnelle à son service. Le moment est on ne peut plus propice pour « Superman », car le seul boxeur qui soit actuellement sous contrat à long terme avec le diffuseur est Sergio Martinez. Rappelons en passant, et en conclusion, que « Maravilla » est devenu une super-vedette de la boxe en 2010, en battant Kelly Pavlik aux points et en passant un K.O. mémorable au deuxième round à Paul Williams. Martinez avait alors… 35 ans, soit exactement le même âge que Stevenson aujourd’hui. Pourquoi Adonis ne pourrait-il pas, comme Martinez, jouir de plusieurs années de vedettariat ?

    Texte de Martin Achard

    En accord? En désaccord? Partagez votre opinion sur le sujet

    Qu'en pensent les lecteurs ?
    Très bonne comparaison avec Sergio Maertinez. J'ai eu le privilège d'assister à ce KO mémorable à Atlantic City. La grande différence c'est que Willia...


    Je crois que Stevenson à débuter son combat lors des conférences de Presse , à la pesée et par ses déclarations dans les médias ....Sa confiance en ...

    Son plus grand manque de respect, c'était surtout de le voir tourné du côté de la main forte de Stevenson.Pas fort.

    Dawson est juste trop niaiseux pour manquer de respect à qui que ce soit. Il arriver dans ses combats, ne se pose pas de questions et fait sa petite a...



    Support Wikipedia

    Poker Canada
    Poker online sur 888 Canada