In the formal social occasions, replica rolex watches are often treated as jewelry, usually only for a ring jewelry to wear men, is very popular. Some people even stressed: "rolex replica watches are not only men's jewelry, but also the most important men's jewelry." In western countries, replica watches, pens, lighters adult man was replica watches uk once known as the "three treasures", every man must never be away from the body.
La Zone de Boxe

  [ Se connecter à La Zone de Boxe ]

Plus récents commentaires sur twitter

    Gardez le contact avec La Zone de Boxe grâce à Twitter




    magazinecoverlazonedeboxe38_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe37_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe36_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe35_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe34_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe33_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe32_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe31_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe30_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe29_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe28_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe27_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe26_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe25_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe24_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe23_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe22_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe21_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe20_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe19_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe18_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe17_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe16_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe15_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe14_130.jpg
    magazinecoverlazonedeboxe13_130.jpg
    Andy Gardiner aura intérêt à briller contre Emiliano Cayetano le 17 mai
    5/11/2013 8:12:39 AM

    Un jeune boxeur au style spectaculaire, natif de Winnipeg, s’est fait connaître sur la scène de la boxe québécoise au cours de la dernière année. Il s’agit de Andy Gardiner (7-0-0, 3 K.O.), qui affrontera dans un combat de huit rounds Emiliano Cayetano (21-5-0, 12 K.O.) le 17 mai à Gatineau, dans le cadre du gala présenté au Casino du Lac-Leamy par la firme Eye of the Tiger Management.

    On pourrait penser que ce combat contre Cayetano (un boxeur de 40 ans de la République dominicaine) n’est qu’un pas de plus dans la patiente progression d’un jeune pugiliste de 25 ans. Mais la qualité de la performance que saura livrer Gardiner le 17 mai pourrait avoir une plus grande incidence qu’il n’y paraît à première vue sur son futur immédiat et sur sa carrière.

    Gardiner, on le sait, affiche ouvertement ses ambitions de devenir champion du monde. Son sérieux dans la poursuite de son rêve et son dévouement à sa carrière ne sauraient être remis en doute. Après avoir échoué à se qualifier pour les Jeux Olympiques de Londres, le double champion canadien chez les amateurs a pris la décision de quitter Winnipeg et de déménager dans la région d’Ottawa. Il voulait ainsi se donner l’occasion de s’entraîner au club Final Round Boxing sous la direction d’Éric Bélanger (qui est aussi son gérant), et de profiter de la proximité de Montréal – la Mecque de la boxe au pays – pour bien lancer sa carrière chez les professionnels. Il s’est depuis montré remarquablement actif, livrant ses sept premiers combats en dix mois à peine, tout en disputant des rounds de sparring contre Jean Pascal et Lucian Bute.

    Gardiner – qui porte fièrement sur les bras des tatouages d’Arturo Gatti, de Micky Ward, de Jake LaMotta et de Rocky Marciano – est même tellement dédié à son sport qu’il a choisi de s’y adonner à temps plein, ayant abandonné son métier d’encadreur dans le domaine de la sidérurgie pour pouvoir mieux s’entraîner. Et c’est justement pourquoi le temps presse pour lui : comme boxeur débutant, il n’a jusqu’à maintenant obtenu que des bourses très modestes (jamais plus de 1000$ pour chacun de ses six premiers combats) et, s’il veut continuer à se consacrer uniquement à son sport, il doit rapidement impressionner et prouver sa valeur pour accéder à des combats de plus grande envergure, tout en trouvant des commanditaires qui croient en ses chances de remporter un ou des championnats d’importance.

    La nécessité de progresser rapidement est, dans le cas de Gardiner, accentuée par son style de boxe. Le Manitobain est en effet un bagarreur, qui cherche à se battre constamment au corps à corps. Or l’usure accélérée qu’engendre nécessairement un tel style signifie que sa carrière risque d’être relativement courte. On se rappellera qu’à son dernier combat (qui constituait son premier véritable test en carrière), contre l’ancien champion de Russie Konstantin Piternov, Gardiner est, certes, sorti victorieux par décision unanime en huit rounds (80-72, 78-74 et 77-75), mais non pas sans subir une coupure près de l’œil droit, de même qu’une autre près de l’œil gauche, deux blessures qui l’ont fait saigner abondamment pendant les trois derniers rounds.

    En dépit d’une fiche respectable de 21-5-0, 12 K.O., son adversaire le 17 mai, Emiliano Cayetano, n’a jamais battu un adversaire de premier ordre, et il a perdu ses deux derniers combats avant la limite, incluant une défaite par K.O. au 1er round en décembre 2011 à Montréal, subie aux mains d’Eleider Alvarez alors que ce dernier n’avait que six combats à son actif. La comparaison entre la performance que livrera Gardiner contre Cayetano et la victoire expéditive obtenue par le boxeur colombien (qui est aujourd’hui classé dans le top 10 mondial) sera donc inévitable. Si Gardiner peine à se débarrasser de Cayetano, des questions seront probablement soulevées sur sa capacité à accéder rapidement à l’élite. Il pourra également s’avérer moins tentant pour le groupe GYM de le faire boxer lors de l’un de ses galas.

    Interrogé il y a quelques jours par La Zone de Boxe, l’entraîneur de Gardiner, Éric Bélanger, a confirmé qu’il existait pour son poulain une certaine pression de stopper Cayetano, mais que, étant donné le style de Gardiner – qui repose sur un travail de sape graduel –, il s’attendait à un K.O. vers la mi-combat, plutôt qu’au 1er ou au 2e round.

    L’idéal pour Gardiner serait qu’il vienne à bout facilement de Cayetano et qu’il obtienne une chance d’ici la fin de l’année de boxer de nouveau à Montréal, sur l’une des cartes de GYM, dans l’un des combats principaux. Il trouverait ainsi une belle occasion de préparer à court et à moyen terme d’éventuels affrontements à saveur locale contre Alvarez, Adonis Stevenson, Jean Pascal, ou même peut-être Lucian Bute, quatre boxeurs qui pourraient, dans un avenir rapproché, détenir des titres mondiaux dans sa catégorie, et donc lui offrir la chance – qu’il désire ardemment – de se battre en championnat du monde. Sa performance le 17 mai nous en dira plus sur la vitesse avec laquelle il pourrait réaliser ses ambitions.

    Texte de Martin Achard

    En accord? En désaccord? Partagez votre opinion sur le sujet

    Qu'en pensent les lecteurs ?
    Intéressant article. On s'imagine que ça va être difficile pour Gardiner, mais rien n'empêche de rêver.



    Support Wikipedia

    Poker Canada
    Poker online sur 888 Canada